Actualités
Jeudi, 05 Avril 2018

Journées Annuelle Matériaux pour la Santé

Les 28 et 29 mai 2018

Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

Lire la suite »

Jeudi, 29 Mars 2018

 

Résultats du Prix de thèse Titane 2018

 

 

L'Association française du titane a désigné M. Cédrik BROZEK, lauréat de l'édition 2018 du prix de thèse Titane.

Ce prix de thèse permet de distinguer les thèses réalisées sur le titane l'année précédente. Cette récompense marque donc la reconnaissance d'un travail important et d'une grande rigueur scientifique.

Les deux nominés pour le prix de thèse 2018 sont Mme Héloïse BERNARDEAU-VIGIÉ et Mme Marie FISCHER.

pdfPublications des résultats

Vendredi, 19 Janvier 2018

Journée Innovations Métallurgiques pour l'Industrie de la Défense

29 mars 2018

Organisé par Le Cercle des Études des Métaux (CEM)

dans les locaux de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) au sein de l’École Militaire de Paris

Lire la suite »

Vendredi, 19 Janvier 2018

Journée scientifique SF2M

Matériaux à haute température : réactivité et précautions d’usage

(Couplages thermique – chimique – mécanique)

Lien vers le site web

Le 15 mars 2018 de 9h00 à 16h15

École des Mines de Paris

60 boulevard Saint-Michel

75006 Paris

Lire la suite »

Mardi, 28 Novembre 2017

Call for papers

LES JOURNEES TECHNOLOGIQUES DU TITANE 2018 sont un événement annuel organisé par l'Association Française du Titane qui rassemble les meilleures compétences en la matière dans les principales filières d’application, qui permet d’enrichir ses connaissances et d’échanger avec les dirigeants, ingénieurs et universitaires les plus en pointe dans ce domaine.


Pour 2018, l'Association Titane invite les présentateurs potentiels à soumettre des propositions de présentations pour les Journées Technologiques Titane qui auront lieu les 23 et 24 mai à Nantes.


Lire la suite »

Structure – propriétés chimiques

PDF Imprimer Envoyer

Le titane se présente sous deux formes allotropiques :

  • la phase alpha, hexagonale, stable en-dessous de 882 °C
  • et la phase bêta cubique centrée, stable au-dessus de 882 °C.

L'addition d'éléments d'alliage favorise l'apparition des différentes phases et leur stabilité dans différents domaines de température.

Les alliages de titane se classent selon trois familles :

  • Les alliages alpha sont soudables, conservent de bonnes caractéristiques depuis les températures cryogéniques jusqu'à 500/550 °C et offrent une résistance à la corrosion exceptionnelle. Mais ils sont difficiles à former à froid et les traitements thermiques restent peu efficaces. Ce sont des alliages de fluage souvent utilisés à l'état recuit.
  • Les alliages bêta sont résistants à chaud pour des sollicitations de courte durée, soudables, formables à froid mais instables au-dessus de 350 °C et fragiles au-dessous de -70 °C. Les traitements thermiques sont efficaces et ces alliages sont souvent utilisés à l'état recuit ou traité.
  • Les alliages alpha-bêta ont des caractéristiques intermédiaires : bonne réponse aux traitements thermiques, stables sous contraintes jusque vers 450/500 °C, moins résistants au fluage, plus faciles à former et plus difficiles à souder et à usiner.

D'une manière générale, les alliages ont une meilleure résistance mécanique et une moins bonne résistance à la corrosion que les nuances de titane non allié appelé aussi commercialement pur (CP). Le TA6V est l'alliage alpha-bêta le plus répandu dans l'industrie du titane. Le T40 et le T60 sont les nuances de titane commercialement pur les plus répandues en usage industriel. Elles se différencient par leur teneur en oxygène et en fer, le T40 étant plus pur que le T60.
Le titane présente, à température élevée, une grande affinité pour l'oxygène, l'azote, le carbone et l'hydrogène. On doit tenir compte de cette caractéristique essentielle dans l'élaboration et les transformations du métal. 

L'oxydation de surface assure une excellente résistance à la corrosion. Cette protection a la particularité de se reproduire naturellement en cas de rayure, ce qui constitue un avantage considérable du titane sur les aciers inox. Mais à haute température la couche superficielle forme une zone polluée en oxygène enrichie en phase alpha. Cette couche extrêmement dure et non ductile provoque la rupture de la pièce par amorce de fissure. Pour le TA6V, cette oxydation est significative à partir de 590°C.
Le titane ne souffre d'aucune corrosion dans l'eau naturelle (y compris l'eau de mer et saumâtre) même à température élevée. Les ions métalliques, les sulfures, les sulfates, les carbonates et les chlorures présents dans l'eau n'affectent pas le titane. Une exposition du titane dans l'eau ou la vapeur d'eau à des températures supérieures à 90 °C provoque un épaississement du film d'oxyde qui réduit les vitesses de corrosion. 

Une vitesse d'écoulement d'eau de mer non chargée de particules solides supérieure à 36 m/s ne provoque aucune érosion du T40. Le titane résiste parfaitement à de nombreux produits chimiques, en particulier à ceux qui contiennent du chlore. Mais il résiste mal à certaines solutions chaudes ou concentrées (HCl, H2SO4, acides organiques).
Le titane possède d'autre part une bio-compatibilité très supérieure à celle des autres métaux.