Actualités
Jeudi, 05 Avril 2018

Journées Annuelle Matériaux pour la Santé

Les 28 et 29 mai 2018

Ecole des Mines de Saint-Etienne

 

Lire la suite »

Jeudi, 29 Mars 2018

 

Résultats du Prix de thèse Titane 2018

 

 

L'Association française du titane a désigné M. Cédrik BROZEK, lauréat de l'édition 2018 du prix de thèse Titane.

Ce prix de thèse permet de distinguer les thèses réalisées sur le titane l'année précédente. Cette récompense marque donc la reconnaissance d'un travail important et d'une grande rigueur scientifique.

Les deux nominés pour le prix de thèse 2018 sont Mme Héloïse BERNARDEAU-VIGIÉ et Mme Marie FISCHER.

pdfPublications des résultats

Vendredi, 19 Janvier 2018

Journée Innovations Métallurgiques pour l'Industrie de la Défense

29 mars 2018

Organisé par Le Cercle des Études des Métaux (CEM)

dans les locaux de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) au sein de l’École Militaire de Paris

Lire la suite »

Vendredi, 19 Janvier 2018

Journée scientifique SF2M

Matériaux à haute température : réactivité et précautions d’usage

(Couplages thermique – chimique – mécanique)

Lien vers le site web

Le 15 mars 2018 de 9h00 à 16h15

École des Mines de Paris

60 boulevard Saint-Michel

75006 Paris

Lire la suite »

Mardi, 28 Novembre 2017

Call for papers

LES JOURNEES TECHNOLOGIQUES DU TITANE 2018 sont un événement annuel organisé par l'Association Française du Titane qui rassemble les meilleures compétences en la matière dans les principales filières d’application, qui permet d’enrichir ses connaissances et d’échanger avec les dirigeants, ingénieurs et universitaires les plus en pointe dans ce domaine.


Pour 2018, l'Association Titane invite les présentateurs potentiels à soumettre des propositions de présentations pour les Journées Technologiques Titane qui auront lieu les 23 et 24 mai à Nantes.


Lire la suite »

Les bonnes questions sur la mise en œuvre du titane

PDF Imprimer Envoyer

A combien revient le choix du matériau titane ?

Le prix de la matière dépend d'abord des caractéristiques recherchées :

  • nuance spécifiée (plus les éléments d'alliages sont coûteux, plus le prix augmente) ;
  • niveau toléré de certains éléments "résiduels" (plus les teneurs exigées sont faibles, plus le prix risquera d'être élevé) ;
  • gamme d'essais de réception à appliquer aux lots de livraison ;
  • quantité à fournir (plus la quantité est importante, plus le prix peut être bas) ;
  • degré de corroyage du profilé commandé (plus le degré de corroyage est important, plus le coût augmente).

 

Il est sensible également à des situations de conjoncture :

  • niveau de la demande globale et des stocks chez les "grands utilisateurs" de titane et d'alliages ;
  • cours du dollar ;
  • taux d'utilisation des capacités globales de production.


Pour l'étude de coût d'une application précise, il faut consulter sur leur prix/délais prévisionnels, les élaborateurs, négociants ou distributeurs (en "sélectionnant" ceux qui sont davantage spécialisés dans les produits recherchés) et exploiter les valeurs figurant dans les offres recueillies. Cela vaut mieux que d'utiliser des valeurs statistiques "moyennes", même de bonne qualité. Le prix de revient dépend également fortement du ratio entre le besoin en matière brut et le titane présent dans la pièce finie.

Comment le titane s'usine-t-il ?

mise_en_oeuvre_titane


Le titane s'usine à peu près comme l'acier inoxydable mais il faut tenir compte de sa réactivité avec les composants de l'acier à outils, de son affinité pour l'oxygène, de son élasticité.

On observe des copeaux inhabituels et parfois :

  • des températures élevées des arêtes et faces des outils,
  • l'abrasion de leurs faces et arêtes tranchantes,
  • des phénomènes de serrage ou de collage (parfois).


Il faut donc faire particulièrement attention au bridage de la pièce à usiner, ainsi qu'à la lubrification de la pièce (choisir une huile appropriée) et utiliser une machine-outil particulièrement rigide.

Comment le titane se soude-t-il ?

Le titane peut être soudé pratiquement avec tous les procédés classiques (MIG, TIG, faisceau d'électrons, laser, etc.). Le nettoyage et le dégraissage des surfaces à assembler doivent être réalisés avec soin.
Il faut faire attention au métal d'apport (il doit être de même nature que le métal de base) et à la protection contre l'oxydation : le titane fondu ne doit pas être mis en contact avec l'air. Il faut le protéger en procédant soit sous vide, soit sous gaz neutre. Pour les pièces de petite taille, le soudage en boite à gants est l'idéal.
Une soudure non contaminée est brillante et argentée. Si le cordon est bleu clair ou jaune paille, un brossage avec une brosse à fil en inox neuve suffit. S'il est bleu foncé, gris bleu, gris ou poudreux blanc, la soudure est contaminée. On ne répare pas une soudure défectueuse par décapage ou traitement thermique : il faut la détruire mécaniquement et la refaire. La solution à une soudure de mauvaise qualité réside souvent dans le paramétrage de la protection gazeuse.
Le T40 et le T60 sont "plus soudables" que le TA6V. Ils ne présentent pas de ségrégation de phases, de fissuration ou de dégradation de la résistance à la corrosion.

Quelles nuances de Titane utiliser ?

Les nuances de titane les plus couramment utilisées sont, selon leur dénomination française : les T40, T60 et TA6V. Ce sont elles qui sont également le plus régulièrement disponibles sur le marché.